L’hygiène bucco-dentaire chez les personnes âgées

L’hygiène bucco-dentaire est souvent délaissée chez la personne âgée

L’hygiène bucco-dentaire chez les personnes âgées

L’hygiène bucco-dentaire est souvent délaissée chez la personne âgée et cela pour différentes raisons, comme l’absence de bonnes techniques au cours de la vie ou une lassitude devant des gestes qui semblent inutiles ou peu importants. Des études scientifiques et médicales de plus en plus nombreuses démontrent cependant la contribution importante de l’état bucco-dentaire à l’état de santé général de la population vieillissante.

La littérature internationale et différentes études françaises montrent un état bucco-dentaire globalement dégradé chez la personne âgée. L’édentement est un des principaux problèmes auxquels ces personnes sont confrontées. Selon une enquête de 1991, 15,8% des personnes de plus de 65 ans ont plus de quatre dents manquantes non remplacées, 56% portent une prothèse adjointe, 34 % déclarent porter une prothèse fixe et seuls 10% ne déclarent ne pas avoir de problèmes. Selon une enquête de 2002, 40% des 65 ans et plus ont perdu toutes ou presque toutes leurs dents, cette proportion étant plus forte chez les personnes issues de milieux modestes.
La carie est aussi un problème majeur, elle touche chez la personne âgée particulièrement le collet des dents, la survenue de ce type de carie passe de 18% chez le sujet jeune à 51% voire 55,9%chez le sujet âgé.

Etat bucco-dentaire et nutrition

La dénutrition de la personne âgée est un véritable problème de santé publique. Les modifications physiologiques et pathologiques de la bouche, des dents et plus généralement de tout le système bucco-dentaire concourent à une modification des habitudes alimentaires. La persistance de 20 dents semble nécessaire au maintien d’une fonction masticatoire correcte, en dessous de ce seuil tous les aliments durs sont rejetés.
Le même rejet se ressent en cas de sécheresse buccale, de maladies des gencives, de sensibilité des muqueuses, de fragilité de l’épithélium, en cas de perte de capacité de déchiquetage et de broyage des aliments, dans le cas également d’abrasion importante des surfaces occlusales. Cette énumération n’est pas limitative.
La perte de la sensibilité gustative due principalement au vieillissement des bourgeons gustatifs, mais également la modification de la qualité salivaire provoque une surconsommation d’aliments sucrés (la perception de la saveur sucrée se maintenant mieux que les autres).
Si un mauvais état bucco-dentaire provoque des troubles de la nutrition, en retour ces troubles provoqueront certaines pathologies dentaires. Aliments mous et sucrés (en adhérant aux surfaces dentaires et associés à une acidification de la cavité buccale), diminution du potentiel réparateur de la salive et abaissement de la capacité d’auto nettoyage de la cavité buccale, accroîtront le risque de caries et les maladies des gencives.
Le dossier complet ici

Leave a Comment